Demandeurs d’emploi : une dégradation sur tous les fronts

, par udfo58

Loin d’être une bonne nouvelle pour les travailleurs, l’augmentation de 0.9% sur un mois (et de 3% sur un an) du nombre de demandeurs d’emploi inscrit en catégorie A à Pôle Emploi n’est malheureusement pas le seul enseignement à tirer des derniers chiffres publiés.

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’inscrire à Pôle Emploi tout comme les jeunes de moins de 25 ans alors qu’on nous disait que leur situation se stabilisait. Il en va de même pour les demandeurs d’emploi de 50 ans (+ 1.9% sur un mois et + 15.2% sur un an) et du chômage de longue durée (+ 7.7% sur un an).

Il semble par ailleurs que la situation de demandeurs d’emploi va encore s’aggraver dans les prochains mois comme le laisse présager l’augmentation des inscriptions à Pôle emploi pour cause de fin de contrat à durée déterminée ou d’intérim.

Force ouvrière considère dès lors que les instruments de la politique publique de l’emploi doivent être mobilisés rapidement et massivement. Ainsi les crédits alloués à la mission budgétaire « Travail-Emploi » doivent retrouver un niveau élevé notamment s’agissant des crédits d’intervention qui ont subi une baisse drastique entrainant une diminution voir une disparition de plusieurs mesures (baisse du volume de contrats aidés, fermeture des mesures d’âge).

Il en va de même pour les moyens financiers et humains indispensables par ces temps de crise à Pôle Emploi et aux autres structures qui concourent au service public de l’emploi (Missions locales, Maisons de l’emploi, AFPA notamment) comme l’a rappelé Force Ouvrière au dernier conseil d’administration de Pôle Emploi en présence du Ministre, Xavier Bertrand.

Force Ouvrière reformule ainsi auprès du gouvernement notamment sa demande de rétablissement de l’allocation équivalent retraite (AER) supprimée au 1 er janvier 2011 pour les demandeurs d’emploi de moins de 60 ans en fin de droit à l’assurance chômage.

Enfin, en France comme au niveau européen et international, c’est une politique de relance qu’il faut mettre en œuvre, passant notamment par un soutien de la demande donc des salaires, des travaux d’infrastructures et une réelle réglementation bancaire. C’est aussi ce que Force Ouvrière défendra à l’occasion du G 20.